Financement du revenu de base.

Une des objection la plus répandue à l’allocation d’un revenu de base universel et inconditionnel est son coût. Allouer par exemple 600€ à tous  ( comme le décrit l’article un revenu de base pour tous ),  pour la population française , c’est 475 milliards d’euros à trouver, soit 23 % du PIB. En temps de crise dur, dur, voire complètement farfelu s’esclafferont tous les cassandres.

TOTALEMENT IRREALISTE ? PAS SI SUR.

  1. L’allocation d’un revenu de base à tous aura pour conséquence la suppression des allocations familiales, la diminution des allocations chômage et donc de leur cotisation, une diminution des cotisations de l’assurance maladie par l’extension de l’assiette de cotisation au jeunes adultes à partir de 16 ans et aux retraités. On estime à 10 % du salaire brut la diminution des cotisations patronales, soit 94 milliards €. C’est 20 % du budget total, ce sera la participation des employeurs au revenu de base.  ( voir tableau N°2)
  2. la transfert de l’Etat de la C.S.G. ( 90 M ), de l’IRPP ( 70 M) et de l’ISF ( 4 M ) mobilise 164 M€, soit 35 % vers le financement du revenu de base par les salariés et les retraités par la cotisation de 20 % sur le salaire brut ou le montant des pensions . Pour compenser la CSG , le budget de la sécurité sociale sera entièrement financé par les cotisations sur l’ensemble des revenus du travail, du capital et des pensions  et aucun prélèvement complémentaire sera nécessaire. (la cotisation pour l’assurance maladie de 14% donnera plus de 200 M€ de recettes ). La diminution des charges (des pensions et de la branche famille par exemple ) et de ses missions de contrôle allègeront aussi les dépenses de cet organisme de sécurité sociale. Le manque à gagner des recettes du budget de l’Etat ( IRPP et ISF ) sera financé par l’augmentation des recettes de TVA dû , d’une part à la mise en circulation des 150 M€ , dans le revenu de base, générés par la taxe sur le patrimoine, et d’autre part, à plus long terme par  l’augmentation de l’activité et de la richesse produite. La diminution des dépenses de fonctionnement ( ministère du budget et des affaires sociales par exemple ) et de transfert aux départements, comme la contribution au RSA et aux bourses scolaires par exemple, contribueront aussi à combler largement la perte de l’IRPP et de l’ISF.En d’autre terme le budget de l’Etat ne sera plus sollicité pour les dépenses sociales. Celles-ci seront directement gérés par la Caisse du Revenu de base, la caisse de sécurité sociale ou la caisse des retraites.
  3. L’augmentation des cotisations individuelles des salariés ( 35 % au lieu de 30 % ), largement compensée par l’allocation d’un revenu de base, fournit 47 milliards complémentaires soit 10 % , le même mécanisme chez les retraités ( passage de la CSG et de l’IRPP à la cotisation pour le revenu de base à 20 % ) donne  25M€, soit 5,4 %
  4.  La taxe sur les actifs net, 1,5 % par an sur le patrimoine net, estimé par l’INSEE à plus de 10 000 M€, génère 150 M€ soit 32% .

Les tableaux (1) et (2) et (3)  illustrent le financement.

C’est bien par la participation de tous les acteurs de l’économie:les employeurs , l’Etat par l’abandon de recettes , les salariés, les retraités et les propriétaires de patrimoine que sera financé le revenu de base.Pour 68 % du budget il s’agit d’un réaménagement des dispositifs existants, pour 32 %, c’est la réactivation d’une petite partie de la richesse stockée, pour mettre le pied à l’étrier les nouvelles générations . (tableau N°3)

Une fois installée, l’allocation d’un revenu de base, par l’assurance retrouvée des individus, par le temps libéré, par les activités créatrices qui ne manqueront pas de se développer sera à son tour génératrice de richesse dont on ne mesure pas la portée aujourd’hui.

Alors non seulement le revenu de base libérera l’Etat de ses missions de soutien aux plus démunis et aux victimes du marché, il permettra progressivement à la nation de se libérer aussi du fardeau de la dette.

Quand est-ce que ce projet réaliste et pertinent s’imposera au gouvernement de la République? A nous de convaincre les responsables politiques de la puissance du revenu de base pour éradiquer la misère et le déclassement et aider l’ensemble des jeunes à trouver leur place dans notre monde.

Cet article a été publié dans revenu de base. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s