Comment enseigner la morale à l’école dans un monde sans morale?

Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a confirmé lundi que la morale laïque serait enseignée à partir de 2015, et a préconisé qu’elle le soit à raison d’au moins une heure par semaine en primaire et au collège, et de 18 heures par an au lycée.

Comment est définie la « morale laïque » ?  « La morale laïque est un ensemble de connaissances et de réflexions sur les valeurs, les principes et les règles qui permettent, dans la République, de vivre ensemble selon notre idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité. Cela doit aussi être une mise en pratique de ces valeurs et de ces règles ».

Si les objectifs d’un tel enseignement sont louables, il faudra toutefois s’entendre sur les contenus à enseigner lorsque l’on vit dans une société où, depuis plus de 35 ans, l’ultra-libéralisme qui règne en maître s’évertue à dispenser l’individu du respect  de règles  communes et de principes philosophiques qui devraient fonder  le vivre ensemble. En 35 ans le marché mondial  et son élite,  « s’est interdit de s’interdire » quoi que ce soit et a laissé libre cours à l’avidité, à la démesure, au toujours plus.

Aux gouvernants conservateurs et autoritaires d’antan se sont substitués des gouvernements de la « droite décomplexée » ou de « la gauche libérale » qui ne se gênent  plus pour afficher leur connivence avec les puissants, et pour abandonner sans vergogne la défense de l’intérêt public.

Dans ce monde pervers où « L’imposteur est aujourd’hui dans nos sociétés comme un poisson dans l’eau » (1), Il faudra mettre en œuvre une « pédagogie magique » , en utilisant les techniques modernes de la réalité augmentée ( 2 ), pour enseigner à des enfants et des jeunes adultes, des principes  qu’ils seront trop souvent conduits à renier plus tard.

________________

(1) Roland Gori : » la fabrique des imposteurs » –Éditions  Les Liens qui libèrent

( 2) La réalité augmentée désigne les systèmes informatiques qui rendent possible la superposition d’un modèle virtuel 3D ou 2D à la perception que nous avons naturellement de la réalité. ( Wikipédia )

__________________

Pour enseigner une telle morale, Il faudra pouvoir jeter par la fenêtre tous les téléviseurs, afin que le flot des images télévisuelles, déversé par l’industrie médiatique, ce « troisième parent » ( D.R. Dufour ), ne manipule plus les consciences et n’exacerbe sans cesse les pulsions. Il faudra pouvoir faire disparaître des écrans tous ces personnages illustres qui dans la démesure et l’obscénité affichent leur richesse, quelquefois mal acquise, ou exhibent devant  la planète entière leur « libido sentiendi » (3)

_________________

(3) Dany Robert Dufour  » La cité perverse » : «  Nous sommes entrés dans un monde sans vergogne, un monde obscène. » […] dominé par la sainte trinité des trois libidos : « La libido sentiendi, celle qui découle des passions des sens et de la chair, la libido dominandi, celle qui procède de la passion de posséder toujours plus et de dominer et celle qui touche à la passion de voir et de savoir : la libido sciendi ».

_____________________

Il faudra pouvoir « passer en mode mute » avec nos élites qui, à l’Assemblée Nationale s’invectivent ou avec un Président de la République, de la « droite décomplexée » , qui n’a pas hésité à manier l’insulte envers un de ses administrés ( en référence au  » Casse toi-pauvre con » célèbre ).

Il faudra  oublier la formule de  Bernard de Mandeville  « Les vices privés font la fortune publique » énoncée pour la première fois en 1704 dans « la fable des abeilles » . Cette formule du même auteur :« Abandonnez ces vaines chimères. Il faut que la fraude, le luxe et la vanité subsistent, si nous voulons en retirer les doux fruits » décrit si bien le fonctionnement du système néo-libéral actuel et rend difficile l’enseignement de toute morale laïque ou non.

On peut être nostalgique de l’instituteur de la IIIème République qui du haut de son autorité dispensait chaque jour une leçon de « morale » ; mais cette société provinciale et paysanne est révolue; il va falloir trouver d’autres ressorts.

Enseigner une morale laïque ne se décrétera pas. Elle ne dispensera pas de la nécessaire concertation avec les parents sur ce que l’on attend d’eux et ce qu’ils attendent des enseignants dans ce domaine qui touche à l’éducation à la vie en société . Il faudra que tous les acteurs de la cité: enseignants, animateurs, parents s’accordent sur les valeurs et les principes universels à enseigner dans ce domaine. Enseigner la morale laïque c’est participer à la formation,  chez l’élève, de la liberté de jugement envers la société contemporaine.

L’enseignement de la morale laïque ne doit pas se réduire à l’énoncé de principes « hors sol  » ou  à une action de bonne conscience que se donnerait une société au fonctionnement trop souvent schizophrénique, ce qui ne ferait que rajouter des tensions aux tensions existantes.

Il faut aussi que l’école soit  en mesure de fournir l’essentiel à tous: être capable de s’exprimer, pouvoir expliciter, verbaliser, structurer une argumentation et la partager avec d’autres sans avoir recours à l’invective, l’insulte ou les coups.

Ensuite essayons, là où nous sommes, d’entrebâiller  la porte vers  une société où la mesure, le respect, le partage, la loyauté et la solidarité soient des valeurs partagées et où la « common decency » chère à Orwell s’impose.

Cet article a été publié dans crise politique, education. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s